Bonjour mes petits films en live action ! Aujourd’hui, gros classique de Disney revu par Guy Ritchie (je pense pas que j’y serais allée sinon) d’Aladdin.

Aladdin (Mena Massoud) est un jeune orphelin qui vole pour survivre à Agrabah. Un jour, il sauve une jeune femme qui s’avère être la princesse Jasmine (Naomi Scott), fille du sultan, mais elle lui fait croire qu’elle n’est qu’une servante. Aladdin est sous le charme et tente de la revoir. Mais Jafar (Marwan Kenzari), le vizir assoiffé de pouvoir, le kidnappe pour aller chercher une lampe magique. Aladdin découvre alors le génie et ses pouvoirs.

Eh bah mes aïeux, si je m’attendais encore une fois à être bluffée par Guy Ritchie ! C’est moins jouissif que Le Roi Arthur mais il a bien réussi à garder et améliorer l’œuvre de base. D’ailleurs, point commun avec le Roi Arthur est l’intro. Ici, tout est placé en une chanson dans un faux plan séquence pas piqué des hannetons ! Vraiment très cool !

Je trouve que le film a énormément de gueule et de parti-pris au niveau des personnages. Déjà, la folie visuelle de Ritchie se sent. Même si on sent aussi qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu avec un budget moins grand que le besoin car filmer la profusion d’un dessin animé (surtout Aladdin) c’est chaud.

De plus, ils ont ré-écrit le personnage de Jasmine pour qu’il porte une libération. Car ce film tente de porter les messages d’émancipation des femmes et donc il est un poil féministe ! C’est pas parfait car au final, Jasmine ne sert à l’intrigue qu’une fois (réellement) mais dans le discours, ça tente ! Bon, sa chanson, originale, est bof bof.

L’autre point qui m’a étonné est que j’ai mille fois plus d’empathie pour Aladdin que dans le dessin animé. L’acteur est extrêmement sympathique et vivant ! Ça fait vraiment plaisir. Et, fait incroyable alors que ça ne devrait pas l’être est que les acteur·trices principales sont d’origine ou de descendance qui respectent (un peu) les lieux du film. En gros, ce ne sont pas des blanc·ches qui jouent des personnes arabes ! Et, oui, on s’habitue assez vite à Will Smith en bleu.

Le fait d’avoir plus d’empathie est dû au fait que j’ai trouvé que les messages de l’histoire sont hyper clairs et on comprend les enjeux. Peut-être est-ce parce que j’ai grandi mais là, je vois clairement les problèmes de classe sociale, de liberté ou les enjeux où le mensonge permet d’accéder à ce que l’on désire le plus mais à quel prix ? Finalement, ce film est plutôt intéressant niveau moral !

Le métrage suit presque parfaitement le dessin animé d’origine et s’en écarte astucieusement. Souvent, les modifications sont mal amenées ou ne résolvent rien. Ici, ça se tient. Le fait qu’il suit le dessin animé fait que l’on ressent puissamment la nostalgie. Et je me rends compte que j’avais bien kiffé ce film à la base. Ça a peut-être aussi joué sur le fait que j’y sois allée alors que j’ai passé mon tour pour La belle et la bête.

Un autre point très cool sont les cascades et les danses. Je pense que Mena Massoud a été doublé pour les pirouettes qu’il fait sur les murs mais j’ai trouvé ça hyper gracieux et beau. Idem quand il fait du parkour même si, je t’ai vu plans en CGI à certains moments ! Il y a aussi des moments de danse très très chouette ! Voire même pas assez. Moi ? Dire qu’il n’y a pas assez de danse, que se passe t-il ? J’ai beaucoup le mix qu’ils ont fait entre des danses traditionnelles (je crois) et des danses plus modernes. Cela donne un mélange très très fun !

D’ailleurs, il y a un hommage tout au début à Charlie Chaplin et Buster Keaton. Sur la chanson « Je vole », Aladdin arrive à caler le petit pas dansant de Chaplin et attrape un véhicule comme Buster Keaton trois secondes plus tard. J’ai adoré ces deux références, très spécifiques, et invisibles pour celleux qui ne connaitraient pas ce cinéma mais qui, symbolise la filiation au cinéma muet et surtout à ces deux personnages souvent voleurs et miséreux mais qui s’en sortent à la fin. Excellentes références donc ! Et puis Buster Keaton <3

Les musiques sont donc très cool ! Elles n’ont pas beaucoup variées des originales, sauf certains mots qu’ils ont modifié (barbare devient chaotique, et ça veut dire beaucoup de choses !). Pour la traduction, ils ont laissé les paroles des chansons françaises donc c’était étonnant vu que ça colle peu mais on s’y fait. Évidement, ma chanson favorite, Prince Ali, m’a fait surkiffé et bizarrement, j’ai eu des frissons à chaque autre chanson.

Bref, une bonne adaptation ! Je ne pourrais pas trop citer les problèmes car j’ai été happé et j’ai pas trop fait gaffe. Tant mieux pour moi me direz-vous. Je sais juste que Jafar a beau être très correct, j’ai beaucoup aimé l’acteur, mais quand on est amoureuse de la voix de Féodore Aktins, c’est compliqué de passer après et d’avoir sa puissance et sa grandeur.

Je recommande donc ce film pour les nostalgiques et celleux qui auraient bien aimé le dessin animé de base. Après, c’est du Guy Ritchie moins sous speed donc l’avantage sans l’inconvénient du trop.

Portez-vous bien !