Bonjour mes petites griffes de la nuit ! Aujourd’hui, parlons du nouveau Marvel : Black Panther. Un nouveau film qui doit trouver son style et sa marque autant dans l’univers déjà en place que dans le monde cinématographique.

T’Challa va être couronné, nouveau roi du wakanda, après la mort prématuré de son père. En parallèle, un vilain qui sévit depuis déjà 30 ans, refait surface. T’Challa, Okoye et Nakia vont partir en mission pour l’arrêter et le faire passer devant le tribunal wakandais. Sauf que…

Black PantherCe film est très étrange dans sa première partie mais devient très intéressant dans sa deuxième. Même si la relation héros/antagoniste ne va pas jusqu’au bout.

Par contre, merci pour la représentation des cultures noires. « Des » car il n’y a qu’une culture noire, comme il n’y a pas qu’une culture blanche. Ne l’oublions pas. Malgré ma faible connaissance, j’y ai vu des éléments massai, congolais ou encore du bénin. C’est très chouette car cela donne une profusion de costumes, de décors et d’ambiance. Chaque personnage a son style.

Et chaque style est vraiment cool. On a aussi une très bonne modernité mélangé à de la tradition. Un peu comme au Japon. Même si la ville avec des grattes-ciel m’a choqué au début. J’avais peur que ça ne soit qu’une copie du monde occidental. J’adore les personnages et bien sûr, les femmes. Entre Shuri, intelligente, drôle et mutine ou Okoye, fière, sage et forte en passant par Nakia, intrépide, intègre et engagée. Autant de personnalité que de façons de vivre.

En plus, iels sont portés par un casting cinq étoiles comme disent les magasines. Chadwick Boseman, Lupita Nyong’o mais aussi Daniel Kaluuya (Get Out) et Forest Whitaker. Je ne connaissais pas Letitia Wright ni Danai Gurira mais elles sont excellentes !

Il y a deux antagonistes, qui ne sont malheureusement pas assez poussés. J’avoue ne jamais avoir eu peur pour le héros, surtout dans son costume invisible. Le deuxième a un peu plus de profondeur mais ce n’est pas très explicite à la fin de sa motivation. Le film donne l’impression qu’il a deux motivations, l’une très clair mais déjà trop vu, et l’autre, social mais avortée.

Il y a bien sûr des symboliques logiques mais des symboliques plus spécifiques puisque le fait d’avoir un casting presque entièrement noir permet d’ajouter des couleurs ! Enfin ! L’orange et le violet ont leur place. Après, les couleurs des vêtements sont classiques, il ne s’agit pas de symboliques dans ce cas mais bien d’harmonie chromatique. Les peaux noires s’accordent parfaitement avec de l’orange ou du vert. Et lorsque la personne a les cheveux blancs, on lui donne le bleu. Mais je ne m’étends pas, je ne suis pas spécialiste de la question.

Bref, un film qui met du temps à trouver son rythme mais qui reste divertissant, plaisant, drôle et positif à voir ! Rien que pour Shuri et Okoye, allez-y !

Portez-vous bien !