Bonjour mes petites dents ! Aujourd’hui, allons voir le remake de Ça, avec un nouveau clown et de nouveaux enfants à traumatiser. Je n’ai pas vu l’original donc je me baserai uniquement sur ce que j’ai vu.

Dans la charmante (non) ville de Derry, vit Georgie et son frère Billy. Georgie sort, par temps de pluie, joué avec un petit radeau. Sauf que, pas de bol, sous la ville dort et vit un mal qui a l’apparence d’un put*** de clown. Georgie disparaît. On suit alors l’enquête de son frère et de sa bande d’ami-es.

J’ai beaucoup apprécié ce film ! N’étant pas consommatrice de films d’épouvante plus que ça (lol), j’ai trouvé la tension et les effets sympa. Suffisant pour avoir un peu peur. Il y a des jump scare mais le film a l’intelligence de ne pas faire que ça (lol). Il arrive à instaurer chaque peur et même des peurs très travaillées comme celle de Beverly. Ces peurs touchent des parties plus intimes de la vie, des vraies peurs, pas des fantasmes d’enfant. C’est même les moments les plus terrifiants presque.

Le film est très bon dans ces ambiances, ses décors et surtout sa lumière. La première fois qu’on voit le clown, ses yeux ressortent énormément. On verra d’ailleurs une bonne répétition des yeux et de leur aspect maléfique. Le film est très esthétique, il joue plus sur la beauté de la peur que sur la peur elle-même. C’est vrai que cela rappelle la beauté de Del Toro et son Crimson Peak.

Le film se base sur les peurs, obvious, mais retourne aussi des symboles normalement lumineux comme l’envol. Ici, il se place du côté étrange. Une autre symbolique bien employée est celle de la clé, métaphorique (je vous laisse la chercher). Il y a aussi l’eau et le sang, tous les deux rattachés à Beverly, personnage le plus profond du film. Comme c’est un Stephen King, on y retrouve toujours les mêmes symboles. Ici, on s’approche de Carry et de sa peur de la féminité mais aussi de sa force cachée qui se dévoile avec ce sang. Don’t mess with women.

J’ai trouvé Ça choupi et touchant. Cela m’a surprise. Comme s’il nous manquait un élément pour comprendre pourquoi il existe et que son existence allait être triste au possible (quelques indices sont laissés dans le film). L’acteur (Bill Skarsgård) est vraiment bon. Il arrive à faire passer beaucoup d’émotions surtout lors de la première scène où Ça change d’attitude souvent. Son costume et son maquillage sont vraiment très sympa ! A la fois ancien et moderne, ils se sont pas chier là-dessus, c’est super ! Il y a même un détail sur les yeux (encore) entre le jaune où son côté maléfique ressort et le bleu où il semble juste un peu toqué.

Les autres personnages finissent par être cool. Je parle de la bande de garçons aux blagues, ma foi, plus que lourdingue. On se croirait dans un spectacle de Bigard au début. Heureusement, ça se calme. Le personnage de Ben est très touchant et je regrette la fin à son égard. Ça aurait pu changer des classiques archétypes « ton corps n’est pas dans la norme donc tu peux pas pécho »… c’était si bien parti.

Les musiques sont un peu casse-bonbons. Quand l’image est sobre et plus fines, la musique en fait des caisses pour appuyer le sentiment de peur. Ça casse juste les oreilles pour rien.

Voilà, je ne sais pas si c’est un bon remake mais c’est un bon film d’épouvante. Les gamins auront peur je pense. Peut-être un peu long.

Portez-vous bien !