On m’a chaudement recommandé cette série et je dois dire qu’ils ont bien fais ! Je suis au milieu-fin de la deuxième saison, et j’ai du mal à ne pas trembler si je n’en vois pas au moins un par jour. Pourtant ce n’était pas gagné ! Je suis extrêmement difficile en série, mais quand je dis difficile, disons que je ne suis que deux-trois au plus à la fois. Beaucoup m’ont vu lâché au troisième épisode. Le pire a été Spartacus : un épisode m’a suffit.

Bon, revenons à nos moutons. Dans Fringe, on suit l’agent Olivia Dunham qui s’occupe d’une section un peu à part au FBI qui se charge d’élucider des événements étranges. Un peu à la X-files. Comme elle n’est qu’une flic, elle fait appel au docteur Walter Bishop, un ancien éminent scientifique dans le domaine des sciences marginales (il a participé à pas mal d’expériences dans sa jeunesse de scientifique) et de son fils. Il a aussi l’agent Astrid Farnsworth.

Donc au délà du fait que je suis fan de tous ce qui est bizarre, scientifique mêlé à du paranormal, cette série recèle une force énorme dans la relation « père-fils » des Bishop et dans leurs jeux d’acteur. Eh oui ! Même les figurants sont dans le truc, et ça c’est beau ! Bon après j’ai eu beaucoup de mal au début, la résolution des cas au début se faisait un peu d’un claquement de doigts et c’était un peu trop facile. Mais les cas sont variés, et souvent un peu trash. J’ai même flippé pendant quelques heures dans mon lit ayant eu la bonne idée d’en voir un tard le soir.

Après il y a une histoire complexe en fond, si complexe qu’elle tient la série sur 5 saisons et qu’elle n’avance pas toujours à chaque épisode. Et en fin de compte, c’est vraiment pas l’intérêt de la série.

Si vous aimez la SF + les phénomènes paranormaux + des personnages attachants = à regarder !