On répète inlassablement « l’amour c’est la plus belle chose ». J’ai donc mis 26 ans à comprendre qu’effectivement c’est une belle chose.

Je viens de passer plus de 30 jours un peu au fond du trou. Dans ce cas-là, plus rien ne vaut le coup, la vie semble si vaine et si peu intéressante. Je me suis éloignée de l’essentiel, je me suis recroquevillée sur moi-même pour ne plus voir que le noir. Et puis j’ai remonté petit à petit. Je m’étais coupée de l’essentiel : les autres.

Et malgré tout, les autres ont répondu à mon appel pour mon anniversaire. Même ceux qui ne pouvaient être là, on était présent par un mot gentil ou une pensée. Les autres se sont bien sur les amis et la famille. Quelle très belle chose que l’amitié. Un amour fort et pérenne. Un amour qui dure dans le temps et l’espace. Je n’ai pas encore la chance d’aimer quelqu’un mais j’aime pleins de personnes chères à mon cœur et qui me l’ont formidablement rendu hier et aujourd’hui.

Moi, qui il y a quelques jours, pensait ne rien valoir, être nulle et peu digne d’intérêt, les voilà tous débarquant avec leurs amours et leurs amitiés pleins les bras. Ça fait si chaud au cœur ma gueule (oui, l’humour pour cacher que je pleure devant mon écran à écrire ceci). Je me sens si chanceuse et si reconnaissante de la vie de m’avoir permis de vivre ça et surtout de l’avoir savourer.

J’aimerai faire le vœu de ne plus jamais douter de moi et des autres mais je sais que ça sera dur, étant une personne qui doute en permanence. Mais je fais le vœu au moins de m’en souvenir le plus souvent possible. Et surtout de profiter des petits choses et des instants magique qu’on ne peut vivre qu’à plusieurs.

Portez-vous bien et je vous envoie de l’amour par gros paquets.