Bonjour mes petits steaks d’humains ! Aujourd’hui, et ça fait un bail, on retourne au ciné pour La nuit a dévoré le monde. Le titre m’avait interloqué et quand j’ai appris que c’était un film français avec des zombies comme prétexte de réflexion, ça m’a encore plus plu !

Sam (Anders Danielsen Lie) est un musicien venu chercher ses anciennes K7 chez son ex pendant une fête qu’elle organise. Il tarde tellement à les récupérer qu’il s’endort dans une chambre et à son réveil, les gens se sont transformés en zombie et il n’y a plus personne de « vivant ».

Après Grave qui évoquait le concept de cannibalisme, les films de genre français se portent à merveille ! Autant en terme de réalisation qu’en terme d’imagination et de traitement. Parce que c’est bien de faire des films de zombies mais il faut aussi savoir renouveler le genre. Et c’est en train d’arriver ! Deux exemples : Maggie et La fille qui avait tous les dons. Deux approches, deux réflexions très très intéressantes avec pour seul dénominateur : les zombies.

Ici, c’est encore un autre cas qui nous est proposé. C’est un huit-clos intimiste. Il nous permet de réfléchir sur ce qu’on peut faire dans une situation semblable : rester et se protéger ou bouger jusqu’à trouver un espoir ? Que devient-on seul ? Comment garder notre « humanité » si tenté que cela existe.

Un peu comme Seul au monde avec Tom Hanks, ce film propose un film d’introspection et de rapport à l’étranger. Avoir choisi un acteur avec un accent n’est peut-être pas anodin. Même s’il y a peu de zombies, il y en a suffisamment pour avoir des interactions avec autres qu’en parlant avec un flingue.

Car bien loin des 28 jours plus tard (qui reste un bon film) ou des résident evil, ici peu de tirs ou de meurtres. D’ordinaire, je trouve les films français frileux sur la grandiloquence mais ici tant mieux que ce soit plus réaliste et donc on ne tire pas à tout va et il n’y a pas des montagnes de zombies. Juste ce qu’il faut. On sent aussi qu’iels ont tenté de rendre le tout très réaliste avec l’arrêt de l’eau et de l’électricité après un moment sans intervention humaine. Et d’autres détails à découvrir.

L’acteur joue très bien, et son évolution est subtile et logique. La musique est très très belle, des voix qui chantent le divin et l’espoir alors que l’on est dans une situation plutôt dramatique. Les décors et les effets spéciaux sont très sympa ! Sauf peut-être le sang sur les murs qui m’a paru étrange mais c’est du chipotage !

Bref, un film français de genre intéressant et sans pression. Si vous en avez marre des tas de zombies tués à la pelle, cela devrait vous changer !

Portez-vous bien !