Le monde de Sweetberry

L’attente du soir // www.sweetberry.fr

L’attente du soir

Posté le 22.06.2016 • Pages blanches

Bonjour mes petites étoiles ! Aujourd’hui, je vous parle d’un livre qui m’a profondément touché le cœur : L’attente du soir de Tatiana Arfel. Je parle très peu de livres, je lis des livres pas très récents et une fois terminés, j’oublis d’en parler. Mais c’est surtout car j’avais arrêté de lire. Je m’y suis remise sérieusement il y a plus d’un mois avec une très belle sélection : Antigone de Henry Bouchau, Le bizarre accident du chien pendant la nuit, recommandé par une amie (livre généralissime !) et celui-ci.

L’attente du soir raconte la vie de trois personnages qui n’ont, en apparence, aucun rapport entre eux et pourtant ! On suit donc l’histoire de Jacques, descendant d’une famille de clown et d’artiste du cirque, et qui va embrasser cette vie lui-aussi ; une femme née sans contact humain, dans une famille où elle est ignorée, si bien qu’elle devient peu à peu transparente, pour finir en femme grise ; et enfin, un enfant abandonné qui va découvrir la vie grâce à ses sens et ses émotions avant même de parler et d’interagir avec les autres. Trois destins hors du commun.

arfelJe crois que c’est le livre écrit avec le plus de sentiments et d’émotions et de sens qui m’ait été donné de lire. Chaque page est plus puissante que la précédente, chaque ligne plus juste que la précédente et chaque mot mieux choisi que le précédent. Bref, j’ai dévoré ce livre, ou plutôt non, je l’ai savouré comme on savoure un gâteau : avec les yeux, la bouche et le cœur.

Il n’y a pas de personnage moins intéressant que l’autre, les trois sont aussi forts et sensibles, un tour de force. Surtout qu’à certains passages les histoires se chevauchent sans que l’on s’ennuie. La vision des trois sur la vie et le monde apporte un regard différent. L’enfant, bien évidement, est le plus sensible à la beauté pure des choses. L’écrivain a réussi à retranscrire la magie des couleurs et l’on ne regrette qu’une chose : ne pas voir les œuvres du petit. La femme grise est la plus triste, pour moi, mais elle n’en reste pas moins importante ou inintéressante. On partage sa peine, sa vie grise.

Bref, un livre incroyable qui transporte dans des sensations que l’on ne côtoie pas toujours. Tatiana Arfel a réussi à écrire un livre avec le cœur. Si bien que j’avais souvent les larmes aux yeux que ce soit pour un passage triste ou non ! Je vous le recommande chaudement.

Portez-vous bien !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *