Bonjour mes petits gangsta ! Aujourd’hui on va parler de Live by night de Ben Affleck inspiré d’un roman de Dennis Lehane : doublé gagnant pour moi !

Joseph Coughlin (Ben Affleck) a décidé de ne plus jamais être sous les ordres de quelqu’un après son service militaire en France pendant la 1e guerre mondiale. Il devient alors un bandit sans maître. Il tombe amoureux d’une femme (Sienna Miller) qui, malheureusement pour lui, est la maîtresse d’un des deux chefs de Boston. Ceci n’est que le début d’une vie de vengeance pour Joe.

Ce résumé pu. Ce film est si compact et étrangement écrit que c’est très dur de ne pas dévoiler certaines choses qui sont importantes. Mais cette écriture va permettre de perdre le spectateur dans les clichés et les rebondissements. Un vrai Lehane pour ça !

Mais le travail de Ben Affleck autant au script qu’à la réalisation ou au jeu d’acteur est superbe ! Les frères Affleck me fascinent car sans faire de bruit, ils s’imposent l’un comme l’autre doucement mais sûrement. L’aîné prend enfin de l’aisance dans sa réalisation et ces films précédents l’ont marqué en bien pour celui-ci.

Les personnages sont très bien amenés, pour une fois je me suis pas perdue. Ils sont tous introduits ET utiles. Même ceux qui apparaissent quatre secondes, ils reviendront à un moment. Tous jouent très bien. L’évolution du flic est intéressante et subtile. Les femmes ne sont pas des bonhommes mais elles restent fortes et souvent indépendantes. Elles sont aussi complexes et ambiguës quand cela est nécessaire. J’ai adoré les relations que tous ont entre eux, entre ceux qui se font confiance, ceux qui se détestent, ceux qui se craignent. Bref, une large palette d’hommes et de femmes.

Les plans sont recherchés et parfois étonnants (pas toujours en bien par contre, je suis sortie du film quelque fois car je ne comprenais pas certains mouvements de caméra ou de transition). La lumière et la photographie sont sublimes. J’ai jamais pris autant de plaisir à voir de vieilles voitures. Les ambiances sont toujours soignées. Il y a aussi un travail jusque sur les poussières dans l’air. Bref, très poussé.

Évidemment, l’homme ne peut pas se départir de quelques clichés faciles qui passent par les couleurs surtout. Certains points de l’intrigue sont facilement attendus et peu surprenant. Heureusement, la fin (plus loin que la fin, faut le voir pour comprendre) rattrape l’attendu et c’est une excellente écriture.

J’ai beaucoup aimé la musique avec ces sonorités irlandaises (pays d’origine de Joe), cubaine pour Graciella et classiques-nostalgique pour l’époque. Il y a même des voix que l’on n’entend pas forcement dans ce genre de film (plutôt dans le genre Passengers).

Bref, un excellent film à voir même si vous n’avez pas les films de gangster car il est plus psychologique et lent que ceux qui misent tout sur la bagarre.

Portez-vous bien !