Bonjour mes petits malfaisants ! Aujourd’hui, je vous parle de la série Luther, qui est disponible sur Netflix notamment. J’aime beaucoup d’avance les séries britanniques qui sont souvent de très bonne facture, avec des personnages complexes et profonds. Et Luther va me permettre de découvrir Idris Elda que j’ai vu en coup de vent dans d’autres œuvres.

Luther est un flic, doué pour son métier, mais il a aussi une particularité gênante : il est très colérique. La série commence dans le feu de l’action puisque de l’on arrive au milieu d’une enquête qui va poser les bases de qui est Luther et surtout quels sont ces démons. Les courtes saisons qui suivent seront une lutte intérieure pour ne pas franchir la barrière de la violence pure.

Chose promise, chose due : Luther est une très bonne série. Les personnages, autant les « gentils » que les méchants sont travaillés. Idris Elba incarne vraiment son personnage et peut-être que j’aurai dû mal à le voir autrement qu’avec cette démarche de gangsta. Son acolyte, joué par Warren Brown est son exact opposé. Il est intègre, juste et surtout loyal. Une bromance qui a du mal à se lancer à cause de Luther qui n’est pas habitué à ce qu’on le comprenne.

Les personnages féminins ne sont pas en reste. Il y a le fil rouge : Alice (Ruth Wilson). Alice est une sociopathe (donc qui n’a pas accès aux émotions) mais est très intelligente. Son personnage évolue à la même vitesse que celui de Luther et leur relation est vraiment cool. Je crois que c’est un des piliers de cette série. Il y a aussi l’ex-femme de Luther qui, bon, vit sa vie tranquillos. Et il y a toujours une relation dans la police féminine ET utile.

Les affaires que Luther doit résoudre sont toujours glauques, dérangeantes ou « interpelantes ». Certains sont des psychopathes parce que c’est comme ça. Là j’ai flippé en me demandant pourquoi je continuerai à regarder maman j’ai peur. Et d’autres sont des pauvres types perdus qui n’ont plus que la violence comme parole. Ce qui est bien avec les anglais est qu’ils ont conscience qu’on ne gagne pas toujours et certains épisodes sont dramatiques par cet aspect-là. Les gentils n’arrivent pas toujours à temps. La saison 2 est assez marrant car elle compte que deux enquêtes, deux doubles épisodes et c’est dur de lâcher entre les deux.

Ce qui est bien aussi est que les saisons sont méga courtes (entre 4 et 6 épisodes). Cela ne cherche pas à faire durer une situation mais elle se résout assez vite et c’est très bien comme ça.

Bref, une excellente série qui peut parfois être un peu « forte ».

Portez-vous bien !