@Goeland.fr

On ne joue pas avec la vie ? Oui mais la sienne ?

Les Sims

J’aime bien penser que la vie est un jeu. Il y a longtemps, quand j’étais mordue des sims, je voyais que mes besoins étaient des jauges (tout pareil). Quand j’avais faim, ma jauge était dans le rouge. C’est simple comme concept, ça simplifie pleins de choses. Peut-être un peu trop simple !

On va peut-être finir par y arriver avec des lunettes de réalité augmentée. On pourrait connaitre certaines choses sur notre corps en temps réel (rythme cardiaque, pression artérielle…) et prévenir les maladies, le stress ou simplement connaitre son état physique. On pourrait avoir des informations sur les autres, s’ils veulent nous les donner.

Une autre analogie avec les Sims : les interactions. Parfois, j’imagine mes amitiés comme des points gagnés ou perdus. On peut gagner une amitié comme on peut la perdre. On peut la quantifier. Cela peut paraitre un peu réducteur les chiffres, c’est sur et cela reste notre propre avis, cela peut finir par être à sens unique.

Les caractéristiques

J’aime bien aussi réfléchir aux caractéristiques. Dans la plupart des jeux, on propose de personnaliser son personnage à l’aide de points à répartir dans plusieurs catégories : intelligence, force, magie… Ici on pourrait penser à charisme, beauté, intelligence, force, repartie. En fait, beaucoup d’aspect qui nous font, nous, unique.

Je ne peux pas me juger, car personne ne peut se juger, nous ne sommes que le reflet d’interaction, donc je ne peux pas me donner moi-même mes points. Si je sais que j’ai pas un charisme de fou, j’espère seulement avec pas mal de points dans l’intelligence !  

Mêmes règles ?

Le seul problème est qu’on est pas dans un jeu donc il n’y a pas qu’une seule règle (un peu quand je joue au monopoly ou au cluedo, ça fini par être n’importe quoi). Chaque personne a ses propres règles, elles entrent forcement en conflit avec les nôtres. Rien que dans le couple, c’est un jeu perpétuel pour se sentir bien à deux sans jamais perdre le « je ».

Aucune règle n’est fixe. Le destin, le temps modifient en permanence ce que l’on est, ce que l’on vit. Avant je croyais à la fidélité. Je ne sais pas si j’y crois encore. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ma jalousie mais peut-être que voir et entendre d’autres visions du sexe et de l’amour m’a fait changer. Avant je parlais trop vite, maintenant je préfère me taire. Rien ne sert de détruire un peu ce qui l’est déjà. Mettre un coup de pied dans une fourmilière en feu n’arrangera pas le problème des fourmis.

Mais certaines règles sont immuables, gravées en nous, et c’est cela qu’on touche lorsque l’on touche à l’égo. Nos valeurs ne sont qu’un ensemble de règle qui nous sont chers et qu’il est très dur à modifier dans le temps.

Le but du jeu de la vie : apprendre à faire des compromis avec toutes ses règles, et ne pas se perdre en route.