Le monde de Sweetberry

Ces oeuvres qui m’ont marqué // www.sweetberry.fr

Ces oeuvres qui m’ont marqué

Posté le 09.05.2016 • Artiste, Dans mon monde

Bonjour à tous les rêveurs ! Dans la nuit de samedi à dimanche se déroulait la 6e Nuit Originale ; un autre concept bien cool que je suis avidement à chaque fois. La Nuit Originale a été initié par Thomas Hercouet, il s’agit d’un live sur YouTube qui commence à 16h le samedi pour se terminer à 9h le lendemain. J’adore la suivre (pas entièrement car je suis de nature à dormir tôt, pauvre de moi) car les sujets sont toujours intéressants, les invités encore plus et on rigole bien. On frissonne bien aussi grâce aux histoires qui font peur racontées par Boulet (et Patrick Baud).

Tout ça pour en revenir à la dernière édition où l’un des sujets, porté par Aude Gogny-Goubert, a été : quelles œuvres vous ont marqué ? Comme le sujet est sympa, je me suis dis que j’allais aussi y répondre.

Le seigneurs des anneaux, le film de Peter Jackson pour le cinéma.

Ce film a été une révélation pour moi mais sur plusieurs domaines. Je vais commencer par le plus évident : ma passion pour le 7e art démarre à ce moment.

Je connaissais et avais lu les livres avant mais la claque que je me suis prise par la Communauté de l’Anneau a été sans précédente. Tout dans ce film brille d’une passion sans borne. Les décors sont beaux, les costumes sont vivants, les créatures réalistes, les acteurs parfaits, la musique divine. Un sans-faute. Si je revois les 3 d’un coup sur un week-end, je déprime sévère tant j’en ai pris dans les mirettes.

Mais ça aurait pu s’arrêter là. Mais non, grâce à ce film j’ai décidé d’apprendre à parler anglais. Le déclic. Et quoi de plus sympa que de réviser en regardant son film préféré en VOST voire VO ? Je l’avoue, ça m’a décidé pour si un jour je rencontrai Elijah Wood. Car oui, ce fut aussi mon premier fan girlisme ! J’étais si fan de l’univers ensuite mais aussi de l’acteur principal… alala la jeunesse.

Enfin ça n’a pas trop varié. Même si je ne suis plus les films dans lequel joue Elijah Wood car ils sont bien trop loin de mes préférences, je lui garde une place spéciale dans mon cœur.

SDA

Les Arsène Lupin de Maurice Leblanc pour la littérature.

Peut-on tomber amoureuse d’un personnage de vingt ans son aîné ? Je crois que oui. Arsène Lupin a été pour moi ce que Harry Potter a été pour d’autres. Je n’ai jamais sauté sur les romans de mon âge mais sur la collection complète des œuvres de Maurice Leblanc, oui. Je suis d’ailleurs très fière de les avoir tous trouvé et de les avoir chez moi prenant la poussière (toi même tu sais).

À chaque brocante, je feuilletais nerveusement les piles de livres à la recherche d’un tome que je n’aurais pas. Arsène Lupin c’était la certitude de vivre une aventure palpitante et émotionnellement forte. Dans le livre 913, Arsène lupin prend cher et c’était si dur pour moi qu’il vive ça que j’ai scellé les pages avec des trombones (les moyens du bord #thuglife). J’avais tant pleuré que je ne pouvais me résoudre à relire ces pages à nouveau.

L’île aux trente cercueils est celui qui m’a fait beaucoup rire mais frustrée à mort car Lupin n’apparaît que dans les 20 dernières pages.  Ô rage, ô désespoir ! Le plus drôle est que quand je l’ai terminé, j’ai commencé le suivant 15min plus tard et ça avait été déjà une lutte acharnée pour ne pas commencer 1min après #thuglife.
Je ne remercierai jamais assez ma prof de 6ème qui nous l’avait imposé à lire. Ma passion pour la lecture a commencé avec l’Aiguille Creuse et 2 ans plus tard, je commençais à écrire moi-même ma première histoire.

arsene-lupin

 

Bonus : l’album « Nevermind » de Nirvana.

L’oeuvre la plus étrange pour moi car la 1e fois que j’ai écouté l’album j’ai été convaincu que je connaissais déjà toutes les mélodies. Alors j’ai pensé que c’était grâce à la radio mais peu d’elle passe Polly ou Plateau. Ma maman m’a alors confessé qu’elle l’avait probablement écouté lorsque j’étais dans son ventre. Mystique vous dites ?

J’ai été extrêmement triste lorsque j’ai appris que Kurt Kobain était mort et que je ne pourrais jamais le connaître de son vivant. Cela ne m’a jamais fait ça pour d’autres morts. Je me suis toujours sentie proche de lui alors qu’il ne devait pas être facile et que sa vie est très loin de mes idéaux.

nirvana

Bref, trois œuvres majeures pour moi. Les deux premières m’ont ouvertes à plus grand qu’elle et aujourd’hui encore, je vis avec ses deux passions : la cinéma et la littérature.

Portez-vous bien !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *