Le monde de Sweetberry

Sense8 // www.sweetberry.fr

Sense8

Posté le 20.07.2015 • Salles obscures & petit écran

Je fonctionne d’une manière un peu particulière avec les séries. J’ai très souvent une série longue et ancienne que j’appelle la série du fond, comme une tâche de fond, je la suis petit à petit mais au moins sans arrêt. Et après suivant l’arrivage, une ou deux ou trois séries courtes et récentes, les séries courtes, qui viennent de reprendre (et que j’oublis de regarder toutes les semaines mais ça, c’est mon problème récurrent). En ce moment, je regarde en série de fond Scrubs et depuis la fin de Penny Dreadful, je n’avais plus rien à me mettre sous la dent en série courte. Heureusement, arriva Sense8, série crée et imaginée par les Washowski.

Huit personnes, disséminées aux quatre coins de la planète, de cultures, de religions, de sexualités différentes vont subitement être connectée entre eux par l’esprit. Ils peuvent alors se retrouver dans le corps d’un autre ou le voir et interagir avec lui alors que l’un est à Nairobi et l’autre à Séoul. Mais qui dit pouvoirs, dit méchants. Qui sont-ils ? Pourquoi veulent-ils les tuer ? Mais ils peuvent compter sur Jonas, un des leur, qui tente de leur apprendre à ce servir de ce pouvoir et de les réunir.

sense8-posterCette série est quelque peu atypique pour plusieurs points. Même si elle se base sur (un peu) l’histoire de la Nuit des Enfants Rois avec le concept d’êtres liées entre eux par la pensée, le traitement est intéressant puisqu’on découvre en même temps qu’eux leurs transformations et leurs mutations.

Cette série est TRÉS TRÉS longue à se mettre en place. Ils font pas moins de 3 épisodes pour commencer, puis 3 autres pour que les pouvoirs s’intensifient. C’est d’ailleurs le pattern de la série : prévu pour 5 saisons, déjà écrites, les événements se déroulent par trio d’épisodes. Ce qui, de mon point de vue, est super ! Beaucoup n’apprécie pas ça mais, perso, j’aime la lenteur de cette série. C’est reposant et on ne s’ennuie pas, car on suit 8 histoires en parallèle. Les moments les plus sympas est quand ils se synchronisent un instant pour vivre des choses ensembles. C’est sur que si vous aimez l’action à tout bout de champs, vous allez être déçu.

L’autre chose qui m’a bien bien plu est la pluralité des sexualités. Thème, je pense, cher à Lana Wachowski (et peut-être aussi son frère, je suis pas dans leurs têtes !), on peut y trouver un couple gay, un couple lesbien dont l’un des deux est un transsexuel (comme dans la vraie vie), un homme hétéro. On a un peu de tout et c’est rafraîchissant de n’avoir pas que des hétéro ! D’ailleurs pour les autres personnages, leur sexualité n’est pas (encore ?) déclarée car l’accent est vraiment mis sur la personnalité et l’histoire de chacun. Des histoires pas trop tordues, des histoires simples et courante je dirais : la reconnaissance des siens, prendre soin de quelqu’un, se trouver, aller au bout de ce que l’on est. Même si je ne suis pas flic, je comprends le flic qui cherche à comprendre ce qui lui arrive. Même si je ne suis pas DJ, je comprends le mal-être de Riley.

Et dernier point vraiment vraiment cool est la différence de culture. Chaque personnage vit dans un pays différent des autres. Il y a l’indienne coincée entre tradition et modernisme, le flic de Chicago qui essaye d’être intègre, le voleur berlinois (qui ressemble à un russe), la DJ londonienne paumée, le chauffeur de bus « Van Damme » kenyian, la hackeuse de San Franscico et la femme d’entreprise le jour, boxeuse la nuit de Séoul. Ils ne sont pas tous aux US ! Ça permet de voir différentes façons de vivre et surtout différents problèmes de culture. La famille avant tout mais avec des nuances pour le Kényan et la Coréenne. Comme ils sont liés par la pensée, et je me demandais pourquoi on les voit tous parler en anglais, ils peuvent se comprendre malgré les problèmes de langue. Le flic se met à parler coréen alors qu’il n’a jamais appris cette langue. J’aime entendre des langues différentes et c’est bien amené.

J’aime donc beaucoup cette série car je me suis attachée aux personnages. Il y en a pour tous les goûts, par exemple, je ne suis pas encore convaincue par la DJ, je ne sais pas encore pourquoi elle est intéressante, mais ça viendra peut-être. Je recommande donc cette série pour ceux qui aiment prendre leurs temps et qui n’ont pas peur de voir des scènes de cul d’une autre sexualité que la leur (y’en a pas des masses non plus, c’est pas GOT).

Portez-vous bien !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *