Bonjour les petites carpes Koï ! Aujourd’hui, un film d’animation japonais avec moults sujets touchy, Silent Voice de Naoko Yamada. C’est parti !

Nishimiya Shoko est une élève sourde qui arrive dans une école primaire où est déjà Ishida Shoya depuis longtemps. Ishida est une sorte de petit caïd qui trouve amusant de se moquer de Nishimiya. Sauf que des années plus tard, il veut apprendre à la connaître. Découleront des événements tantôt joyeux, tantôt triste, menant à de profondes réflexions sur l’amitié, le bullying, le handicap et le fait de changer.

Ce film m’a touché si fort que j’ai pleuré pendant presque tout le film. En même temps, tu le parles de bullying et tu y ajoutes un handicap, tu tapes ma corde sensible deux fois. Tu me parles des blessures du passé, des idées suicidaires et de la volonté de bien faire et tu me frappes cinq fois avec une météorite. Et tu badigeonnes le tout d’amitié et d’une romance inavouée et tu me perds dans mes fluides salés.

Bref, ce film parle d’adolescence fort et bien. La différence est évoquée grâce à la surdité. Et face à la différence, on réagit tous différemment surtout à 10 ans (la primaire).

Le film s’étale entre 10 et 18 ans. On a le temps de s’attacher à tous les personnages, à les voir grandir. Le film parle de la difficulté à changer de comportement. Même avec toute la meilleure volonté du monde, parfois, nos comportements sont ancrés et dur à modifier. Après, on est dans la mentalité japonaise donc bien différente de la nôtre.

Surtout quand il s’agit du suicide. Ici, l’honneur est bien plus présent. Ainsi porté le déshonneur ou avoir l’impression d’être de trop sont des raisons valables pour un passage à l’acte. Si vous êtes sensibles à ce thème, il peut être un peu hard, car je le trouve traiter différemment que par chez nous.

L’animation est sublime. On passe souvent à des plans étonnement cadrés (les personnages sortent souvent du cadre) à des morceaux de nature, très présente. D’ailleurs, la carpe Koï n’est pas anodine comme symbole, tout comme celui du pont.

Bref, à voir, car touchant, beau et fort. Cela m’a plus touché que Your Name, l’animation encensée récemment.

Portez-vous bien !