Mille ans après sa sortie, me voilà devant Spy de Paul Feig. Et bien, clap clap, ce film ne tombe pas dans les blagues faciles pour son sujet et en plus, reste très drôle !

Susan Cooper (Melissa Mc Carthy) est une agent secret depuis 10 ans. Mais son physique et son manque de confiance en elle la font rester en retrait. Elle est l’oreillette de l’agent Bradley Fine (Jude Law) et l’aide à mener à bien ses missions. Mais Susan se languit d’être une espionne et espère que Fine tombera un jour amoureux d’elle. Mais lors d’une mission, tout ne se passe comme prévu. L’agence doit envoyer un agent non connu des méchants pour recolter des informations sur une bombe nucléaire cachée quelque part. Susan se porte volontaire. Son rêve devient réalité.
Spy de Paul Feig

Spy de Paul Feig

Bon dieu que c’est frais un agent secret qui n’est pas anorexique ! Et le mieux est que les blagues sur le physique sont presque renversées. Ce sont les bonasses qui sont mis au piquet et les physiques hors-normes loués. Car le physique n’est pas le talent ! L’agent Susan est bonne espionne, lui manquait juste la confiance en elle. Confiance en elle détruite car elle a écouté les autres qui la pensaient incapable.

Autre point positif : les personnages. Susan est à la fois badass et maladroite. Les deux s’accordent. Si elle fait une bourde, elle peut la réparer ensuite. Le personne de Rick Ford, un autre agent secret, est mon préféré. Joué par Jason Statham, d’ordinaire grand héros et combattant parfait, nous offre un agent secret cinglé et buté, à mourir de rire. Lui c’est l’inverse de Susan : tellement sur de lui qu’il en devient dangereux pour lui et les autres.

J’aime ce film car il se moque gentillement des films d’espionnage. Le personnage de Fine est une parodie de James Bond. Dragueur, doué de la gâchette et beau mec. Mais dans ce film, il devient un peu la potiche. Marrant pour un mec. La méchante est aussi très clichée mais parfaite pour répondre à l’héroïne. Et même les personnages secondaires sont cools, notamment Krisprolls, une pensée pour lui. La copine de Susan, Nancy, une autre agent de l’ombre, sort aussi au grand jour emportée par l’élan de son amie. Et elle aussi a un physique disons banal.

Voilà pour cette critique courte (car j’ai ri donc j’ai pas fait gaffe à tout ce que je regarde d’habitude). Un bon film comique à voir avec votre calamar préféré (ou n’importe quel autre animal, je suis pas stricte).

Portez-vous bien !