Le monde de Sweetberry

The Happiness Therapy

Posté le 05.02.2013 • Salles obscures & petit écran

Hapiness Therapy

Hapiness Therapy de David O. Russell

Un film de fou pour les fous.

Hapiness Therapy est l’histoire de la reconstruction de Pat, un mec bipolaire (Bradley Cooper) qui a tabassé l’amant de sa femme en rentrant chez lui à l’improviste. Interné pendant huit mois, il sort enfin et tente de reconquérir sa femme qu’il continue d’aimer comme au premier jour. Il va alors faire la connaissance de Tiffany (Jennifer Lawrence), elle aussi un peu dérangée et participer à un concours de danser avec elle.

Ce film est drôle, vivant et pleins de bonnes volonté. DeNiro campe un père superstitieux qui ne pense qu’à la victoire de son équipe, persuadé que son fils est un porte bonheur. Il est touchant dans sa banalité. La mère de Pat reflète l’amour maternel et le soutient infaillible pour son mari, quoiqu’il fasse. Les amis de Pat montrent que personne n’est complètement sains d’esprit. Entre le mari étouffé par son mariage et qui se fait souffrance pour ne rien faire remarquer, le bookmaker qui escroque ses copains et le vrai diagnostiqué fou, qui ne croit pas à sa folie, on ne sait plus où est la normalité.

Sur ce fond de questionnement « à quel degré de folie je me place ? », il y a aussi une belle histoire de motivation, de bravoure, de positivisme. Le héros, même s’il est maladroit, fait tout pour s’en sortir et regagner le coeur de sa bien aimée. Il prône le positivisme, « si on travaille pour aller mieux alors un rayon de soleil arrivera ». C’est beau ! Au lieu de prendre ses médicaments, il préfère courir ou lire. Sa devise « Excelsior », toujours plus haut.

Bradley Cooper utilise toute sa naïveté (et ses yeux de chien battu) pour nous faire sombrer avec lui dans l’action, certes un peu décousu, qui part dans tous les sens. Jennifer Lawrence, petit bijou (j’aimerai bien avoir sa fougue), elle aussi, nous incite à faire ce que l’on aime pour se surpasser. Ne pas avoir peur, ne pas s’arrêter. Avec quelques passages un peu dramatique (les quelques dérapages du héros), le film reste léger et très drôle. Avec une scène mythique de danse à la fin à mourir de rire.

En gros « bouge ton boule, ça ira mieux ».

PS : un bien beau couple !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *