Il y a des films qui attirent dès la bande-annonce. En voici un. Je suis allée le voir plus par curiosité de n’avoir pas entièrement compris le sujet dans la bande-annonce que par engouement. Donc je n’avais pas trop d’a priori, ou seulement celui d’être déçue.

Le professeur Will Caster (Johnny Depp) est un génie de la programmation des intelligences artificielles. Or l’avancée de cette technologie, qui aurait pour but de répondre à la limitation du cerveau humain, est mal vu par un petit groupe, que nous appellerons « les terroristes » (vu qu’ils sont surnommé comme ça dans le film). Pour éviter un drame humain, les « terroristes » tuent la plupart des savants travaillant sur le sujet. Joseph (Morgan Freeman) et Max (Paul Bettany) (des chercheurs en AI aussi) en réchapent mais Will Caster meurent quelques temps plus tard des suites d’une de leurs attaques le visant. Avant de mourir la femme de ce dernier, Evelyne (Rebecca Hall), et Max le transcende ou le télécharge dans le programme d’AI qu’il avait confectionné pendant sa vie pour sauver sa conscience. Le groupe des « terroristes » les rattrape, fais prisonnier Max mais Evelyne s’enfuit avec son mari informatique sous le bras. Commence alors un jeu de cache cache entre une AI douée de conscience et des humains un peu dépassés.

Le film en lui-même est pas mal fais, l’histoire est bien amenée et malgré le fait que le sujet est été souvent traité on n’est pas trop endormi. Après l’intrigue finale est très dure à cerner. J’ai ma petite interprétation mais je ne sais pas si cela se tient. Pour ce qui est des termes techniques, comme d’habitude on sent qu’on a sorti les grands mots pour perdre la foule et faire vrai et certaines choses sont amplifiés. D’où viennent ces molécules divines et volantes ?

Transcendance de Wally Pfister

Transcendance de Wally Pfister

Je crois que je suis indulgente avec le film car il laisse un méchant goût de n’importe quoi dans la bouche. Mais sans parvenir à savoir d’où cela vient, je me tais.

Les personnages sont sympas mais vu et revu. On a le droit à la femme amoureuse donc aveugle et donc surpassée par les événements, dommage qu’elle mette du temps à agir, la rebelle intelligente et féminine, les savants moralistes et le policier, parce que c’est bien pratique un agent du FBI pour avoir des camions armés dans un film de SF.

La musique est agréable, la photo travaillée pour les plans sur les matériaux informatiques pour souligner l’intérêt de croire que la technologie peut aider à quelque chose.

En global, un film qui surpasse les films actuels de SF mais je ne sais pas dire pourquoi. Peut-être à cause de la morale écologiste qui me touche et dont je ne serai pas contre. Ça se laisse regarder et plonger dans un énième film catastrophe mêlant internet et AI.