Bonjour mes petit·es meilleur·es employé·es du mois ! Aujourd’hui, après un thriller danois, on part pour un thriller chinois, Une pluie sans fin de Dong Yue. Le synopsis avait l’air alléchant et puis j’aime les cinémas d’autres pays. Donc cool !

Yu Guowei est un employé d’usine, chargé de la sécurité. Un corps est découvert près de l’usine. Personne n’a rien vu. Il aime son métier mais cette affaire va devenir comme une obsession pour lui. Et il risque d’y perdre les plumes.

Une pluie sans fin de Dong YueJ’ai beaucoup aimé. Car on passe d’un optimisme enfantin à un pessimisme. Le héros se transforme au fur et à mesure du film. Un peu comme le paysage.

Car le paysage fait aussi partie du film. D’ailleurs le réalisateur voulait parler de cette région pendant cette période. La Chine a connu une grosse récession en 1997. Les usines ont fermé laissant toute une partie de la population au chômage. Cette région a été très touchée. Cela se ressent dans le film que l’on est dans une partie très pauvre de la Chine. Si même les flics ne peuvent pas partir à la retraite, cela en dit long.

Mais ce film se veut positif même s’il ne va pas forcément dans une résolution qui l’est. Chaque personnage tente de survivre et est un·e rêveur·se. Yu Guowei a des rêves de grandeurs, Yanzi (Jiang Yiyan), sa copine et prostituée rêve de devenir coiffeuse à Hong Kong et le vieux flic veut simplement aller se dorer la pilule dans son jardin loin de cette ville où il pleut sans cesse.

Car il pleut non-stop. Blade Runner n’est plus aussi arrosé que ça à la vue de celui-ci. On trouvera d’ailleurs comme inspiration visuelle Se7en pour son côté sombre et glauque de certaines parties.

Le seul défaut (mais c’est sûrement de ma faute) est qu’il m’a semblé manquer d’éléments. Tout un passage du film me reste obscur. Alors je ne sais pas si c’est moi qui n’aie pas suivi ou si le film a bel et bien caché des choses pour nous laisser à notre imagination. Si c’est la solution 2 alors très bien ! C’est une bonne chose de ne pas tout dévoiler aux spectateur·trices. La frustration est aussi une bonne chose. Et puis cela permet de discuter ensuite.

J’ai beaucoup aimé les acteur-trices aussi. Même si Jiang Yiyan reste plus compliquée à deviner que les autres. Tout reste cohérent et convaincant. Je connais mal le cinéma chinois, donc cela me fait plaisir de découvrir un de leur film !

Bref, à voir.

Portez-vous bien !