Bonjour mes petits bruits d’arbres ! Aujourd’hui, nouveau film de Naomi Kawase, Voyage à Yoshino ! Après Still the Water et Les Délices de Tokyo, retour à la nature avec Juliette Binoche au casting !

Jeanne (Juliette Binoche) est de retour au Japon pour trouver une mystérieuse plante, Vision, qui guéri les douleurs des humains. Elle va rencontrer Tomo (Masatoshi Nagase), sorte de gardien de la forêt, Rin (Takanori Iwata), un adolescent presque tombé par hasard dans la forêt et Aki, une médium aveugle. 

Si vous voulez le voir, préparez votre dose de patience, de contemplation et décrochez votre cerveau pour 1h49 de voyages. C’est un film très très lent, qui aime regarder la forêt sous tous ses angles, la montagne qui change. Alors personnellement, j’adore la nature donc ces moments-là m’ont ravi ! Et comme c’est au Japon, ça détend donc ça m’a plus dans l’ensemble.

Après, j’ai été assez mal à l’aise avec le jeu de Juliette Binoche. J’ai absolument pas compris les émotions qu’elles voulaient faire passer. Parfois, on sent que c’est de la joie mais ça semble assez faux. C’est vraiment étrange les sensations qu’elle m’a transmises. Mais après si elle joue les faux-semblants à cause de sa tristesse qu’elle cache, là, je suis d’accord !

L’autre point triste du film est qu’iels parlent presque un peu trop en anglais. Mais là, vraiment, c’est juste parce que j’aime le Japon, le japonais et toute cette culture, donc j’en ai jamais assez ! Forcément, voir les paysages japonais m’a rendu, moi aussi, nostalgique, de ce pays.  

On y parle de maternité, de souvenirs, de nostalgies, de vie au présent, de rencontres. Il y a de très beaux moments de danse et évidemment, Naomi Kawase sait filmer la nature dans toute sa splendeur. Les plans sur l’eau, les couchers de soleil avec les herbes dans la lumière. Magnifique.

L’histoire en elle-même ne m’a pas transcendé. Je suis sûrement plus touchée par Les Délices de Tokyo qui parle de la grande histoire. Mais j’ai aimé ce presque huis-clos dramatique.

Bref, un film pour les amateur·rices de films japonais lents et très contemplatifs. Vraiment pas pour tout le monde ! On a perdu quelques personnes au fil de la projection.

Portez-vous bien !