Bonjour mes petits xénomorphes ! Aujourd’hui, c’est l’heure d’Alien : Covenant, la suite de Prometheus qui est le début des aliens. J’aime bien embrouiller. Beaucoup de gens n’ont pas aimé Prometheus. Je m’en souviens presque pas seulement que l’équipage était un peu… con illogique dans ces actes. Bref, passons tout de suite au film qui nous intéresse.

Covenant est un vaisseau spatial de colonisation. Alors qu’il voyage vers sa destination, une brise solaire vient les toucher. C’est après des péripéties qu’ils reçoivent un message fantôme provenant d’une planète habitable proche d’eux. Donc au lieu de se taper 7 ans supplémentaires de voyage, ils décident d’aller fouler le sol de cette planète mystère. Dommage pour eux.

Alien CovenantBon bah c’est sympathique hein. C’est pas foufou et par quelques détails mais ça fait le job. D’ailleurs, je soupçonne Ridley Scott d’avoir été vexé qu’on lui reproche de n’avoir mis qu’un vieil alien moisi dans le 1 que là, il en a mis 12. Non, pas 12 mais 1000. J’aime exagérer.

Alors pour les points négatifs, bah cet habituel équipage de débiles. Je crois que la première heure n’est qu’une succession d’erreurs et de jugements illogiques d’humains. C’est triste de devoir créer des persos aussi cons pour faire avancer une histoire, surtout que s’ils meurent, c’est zéro empathie. Même pour le personnage le moins, il arrive quand même à lui faire faire des actions qui ne sont pas très safe pour leur mission de départ : c’est-à-dire « envoyer 2000 personnes sur une autre planète ». C’est fou ça. Moralité : ne pas faire confiance aux chefs et n’aller pas dans l’espace ? Un jour, il y aura peut-être un film positif sur la colonisation d’autres planètes, qui sait ?

Bref. Sinon j’ai beaucoup aimé les design des bâtiments, aliens divers et variés et les explications entre le 1 et le 2 ça va. Je ne connais pas trop la mythologie alienne donc je ne peux rien dire de plus. D’ailleurs, on notera une petite idée sympa : le xénomorphe blanchâtre. Il paraît qu’il existe mais là on le voit bien. En plus, on dirait un petit singe.

Dans ce que j’ai aimé aussi est la deuxième partie du film. Là, où le spoil m’interdit de trop en dire. Mais les idées émises sont étranges et intéressantes. Ridley nous fait un petit kiff en insérant une scène clin d’œil et ironie.

Pour les acteurs-trices, j’ai dû mal. Ils jouent le strict minimum car leurs rôles sont peu profonds. Ils sont exécutants. Ce film est dédié plutôt au robot, clone de David venant de Prometheus. C’est encore lui le plus intéressant. C’est un choix intéressant.

Bref, un film que n’aimerons pas celleux qui aiment la saga, comme pour Prometheus. Et celleux qui s’en foutent, allez-y pour le divertissement !

Portez-vous bien !