Le monde de Sweetberry

Heis (chroniques) // www.sweetberry.fr

Heis (chroniques)

Posté le 04.05.2017 • Salles obscures & petit écran

Anaïs Volpé

Avec Anaïs Volpé, Matthieu Longatte, Emilia Derou-Bernal

5 avril 2017

1h30

Drame

Bonjour mes petits artistes ! Aujourd’hui, on va parler d’un film indépendant qui ne passe pas partout et c’est bien dommage. Heis (Chroniques) est un film par et pour des jeunes des années 90. Pour sur que je m’y suis reconnue.

Pia est une jeune artiste qui revient vivre chez sa mère pour pouvoir tranquillement préparer ses dossiers de bourse. Elle va devoir affronter son frère aussi « paumé » qu’elle, le regard de sa mère qui a du mal à comprendre cette jeunesse et sa propre peur de l’avenir.

Heis d'Anaïs VolpéCe film a beaucoup de similitudes avec ma propre vie que ça en est troublant. Née à deux mois près des jeunes du film, tentant de vivre de mon art, j’aime l’Asie et j’ai envie d’y retourner ou encore ces questions sur l’avenir. Je n’ai pas spécialement de rêve comme celui du frère de vouloir être boxeur pro mais seulement celui de transmettre ce que j’ai au fond de moi, un peu comme la réalisatrice.

La voix de la mère, jouée magnifiquement par Akéla Sari, est un peu celle de la mienne mais surtout celle que j’ai au fond de moi qui me freine et me fait sentir différente. Pourrais-je revendre à nouveau ma liberté ? Pourrais-je retravailler pour quelqu’un d’autres que moi ? Pour des valeurs qui ne sont pas les miennes ?

J’ai la chance d’avoir un foyer moins compliqué que celui de Pia. Ma sœur, elle-même artiste, a fait face aux mêmes questions et a su s’envoler du nid malgré la peur. Mes parents ne me disent rien sur mes choix, ayant un poil peur pour moi, mais quels parents n’a pas peur pour ses petits ?

Les acteurs sont vraiment troublants de réalisme. Si bien qu’à la fin du film, quand ils ont répondu aux questions, j’ai dû me convaincre que c’était des rôles écrits, parfois à la virgule près. C’est incroyable car le montage est d’une précision folle. Un montage qui aurait pu tomber dans le film expérimental cliché mais qui apporte du sens aux propos des protagonistes.

Le talent et la maîtrise de son art et de son sujet font d’Anaïs Volpé une véritable couteau-suisse. Elle a porté son projet jusqu’au bout, cela motive et montre qu’on peut faire un film impeccable même sans grosse prod derrière. Motivant !

Je me demande ce qu’en pense celleux qui ne sont pas dans le prisme de cette jeunesse qui poursuit des rêves ? Pour moi, un film fort pour celleux qui galèrent dans ce monde où l’argent règne en maître.

Portez-vous bien !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *