Only God forgives de Nicolas Winding Refn

Only God forgives de Nicolas Winding Refn

Bon, je vais me mettre la moitié de la planète à dos, vu que la moitié de la planète n’a pas aimé ce film.

L’histoire est simple. Un mec viole et tue une gamine, il est alors à son tour assassiner par le père de cette fille avec la complicité d’un flic. Le frère du violeur et sa mère vont entrer dans une vendetta pour venger la mort de leur proche.

Alors je vais prendre les principales critiques et essayer de montrer que ce film n’est pas si terrible.

 

Il est lent.

Oui, certes, comme beaucoup de film asiatique. D’ailleurs je voudrais rendre hommage à Nicolas Winding Refn, Danois qui maîtrise presque parfaitement l’art de filmer à l’asiatique. Des décors très beaux filmés très longtemps pour pouvoir jouer avec la lumière et l’angle de la caméra. Des passages dans les rêves, où l’on se perd entre réalité et songes.

Il est violent.

Une scène et c’est une scène de torture, donc j’en ai rarement vu où l’on torturait avec des peluches. Après l’autre violence est une violence qui se ressent dans les villes. A Marseille, il y a des morts pour rappel. Il n’y a pas plus de violence que dans un Tarantino, soyons fair-play.

Ryan ne parle pas.

Je suis folle mais il a bien plus parler avec ses yeux et son corps que dans Drive où (il parait je m’en souviens pas) il avait de vraies répliques en dur. Pour dire, j’ai découvert sa voix dans A place beyond the pines ! Je l’ai trouvé particulièrement expressif et donc ça ne pose aucun problème pour l’intrigue. Et bonus : le flic non plus ne parle pas ! Personne ne lui reproche.

 

Point à souligner du film : le jeu de Kristin Scott Thomas. Ca lui change de ces rôles (il faut le dire) un peu ras du sol français. Jouer la femme d’un prof dans Dans la Maison ou une femme qui trompe son mari dans Chercher Hortense, merci quoi ! Son rôle est très ambigü quoiqu’on en pense au départ.

Et bien sur, essayer de trouver qui le fameux « god » du titre !

Voil, donc ceux qui sont habitués au cinéma asiatique, allez-y sinon optez pour un autre film.