Bonjour mes petits requins en armure ! Aujourd’hui, finalement, je suis allée voir Aquaman. Plusieurs choses pesaient contre comme la longueur et surtout l’intérêt. Et puis bon bah, je me suis laissé tenter.

Arthur (Jason Momoa) est un être mi-humain mi-atlante, il peut donc nager très vite, parler aux êtres de la mer et respirer sous l’eau. Il connaît quelques légendes venant du fond des mers mais il est plutôt un « surfacien ». Jusqu’au jour où son demi-frère 100% pur atlante pète un câble et veut faire la guerre à la surface. S’il veut protéger les siens, Arthur va devoir se sortir les doigts des branchies (je mens, il n’a pas de branchies).

Aquaman par James Wan

Ce qui est bien quand on attend rien, c’est qu’on peut pas être trop déçu. Effectivement, y’a tellement de bons et de moins bons que ce film est en oscillation permanente dans mon esprit. Mais je pense que je n’aurais pas les mêmes critères que celleux qui connaissent le comix.

Ce qui est cool c’est la caméra ! Les combats des femmes (Amber Heart et Nicole Kidman) sont incroyables. Et puis j’ai vu au générique parce que j’avais oublié que c’était James Wan à la réal. Et ça se sent ! La caméra est folle, libre, fais des trucs pas possible et ça donne au choix la gerbe ou des plans vraiment sympa. Perso, j’ai adoré.

Deuxième point qui m’a agréablement surprise est le personnage d’Aquaman. C’est pas mon top des persos aux attentes les plus nulles car ya Iron Fist et Antman avant. Mais un mec qui peut nager vite, ça m’emballe pas des masses.

Mais, et je me base que sur le film, le personnage est le plus beauf que j’ai jamais vu ! Il est drôle, vulgaire, irrévérencieux, peu dans les conventions et je m’en foutiste. Vous me direz qu’on a vu mille des persos comme ça, et je vous dirais, oui mais pas chez DC. Ce film est pleins de fois drôle grâce à ses répliques. C’est rare pour un DC. Donc j’avoue, j’aime bien.

J’ai aussi beaucoup aimé la scène de l’aquarium, je l’ai trouvé à la fois touchante et puissante. J’ai bien aimé aussi que Mera (Amber Heart) ait des pouvoirs spéciaux, qu’elle utilise pas assez à mon goût. J’ai bien aimé aussi les créatures de la fosse et les hippocampes, alors que je me facepalmais déjà.

La musique est aussi très étonnante ! On a l’habituel synthé qui vient sûrement d’un autre film sous l’eau mais je ne saurais dire lequel. En tout cas, certains morceaux détonnent de l’ordinaire. D’ailleurs, les sons des tridents sont aussi révélateurs de pleins de choses. Merci à la vidéo sur les sons dans Harry Potter pour m’avoir fait réfléchir un peu plus sur les sons dans les films.

Après dans ce qui m’a fatigué sont des poncifs usuels et revus. Le problème quand on étudie les symboles et les clichés, c’est qu’on les repère plus vite et je suis plus vite usée. Là, ils ont juste inversé le fait que l’Atlantide est censée être positive. Le reste est des symboles classiques. Et je ne parle pas du délire « jules vernien » pour pas spoiler, mais le scénario part en couille à un moment.

On peut citer les armes/vaisseaux qui ont la forme des animaux marins, je veux bien qu’on traite une idée à fond mais quand ça prend le pas sur la logique pratique, moi ça me dérange. On a aussi l’or devant l’argent (je vous dis pas où mais ça annonce la couleur finale, après la couleur finale c’est un happy end, je pense que je froisse personne avec cette révélation).

Alors pour la CGI, je suis embêtée. Yen a partout. Mais sans ça, dur de faire un film sous l’eau. Et bon dieu qu’elle est voyante tout comme les décors qui sont pas loin du giga laid. Les tridents sont en plastique, les pierres sont en plastiques et les maisons sont en plastiques. Ça fait mal aux yeux. D’ailleurs, même sans être une experte de la CGI ou des FX, j’ai cramé l’effet sur les cheveux qui parfois est mollement caché par des diadèmes. J’ai même l’impression qu’ils ont modélisé des personnages entiers car il y a des déplacements de visage qui ne font pas réels. Mais j’en sais rien du tout.

Et une des dernières choses relou est encore un manque flagrant de méchant. Que ce soit ce mec à la tête de fourmi (Yahya Abdul-Mateen II) ou le demi-frère (Patrick Wilson) qui veut tuer les surfacien·nes sans trop de raison, où elles sont mal énoncées. Mais on retrouve le même poncif : l’écologie (comme dans Vénon).

C’est assez incroyable que tous les blockbuster utilisent cet argument pour les méchants alors que ce sont « les gentils » dans la vraie vie qui produisent cette pollution ; mais là, ce sont les méchants qui ont tord de s’indigner de l’état de la planète. Bon.

Bref, c’est un film très étrange. À la fois cool et plus décontracté que ces homologues DC qui sont, quand même, coincés du cul. Mais aussi très moche et qui veut trop en faire. Donc si vous avez 2h24 et que vous êtes plutôt pro-blockbuster, allez-y, c’est divertissant.

Portez-vous bien !