Le moi suit les lois du quantique. Cela m’est apparu comme une évidence lorsque je lisais « Où tu vas, tu es » de Jon Kabat-Zinn . Explications (un peu beaucoup vulgarisé bien sur)

Le chat de Schrodinger

Le chat de Schrodinger par http://mediacdn.snorgcontent.com

La superposition des états

Qui peut dire dans l’absolu « Je suis timide » ou au contraire « Je suis courageux » ? Dans n’importe quelle situation ?
On peut avoir une tendance à la timidité mais pas forcement dans toutes les situations. On peut être courageux sauf face à certaines personnes ou dans un cas particulier.
L’exemple du chat de Schrödinger permet de bien comprendre ce phénomène en quantique. Vous connaissez sûrement cette hypothèse. Un chat est placé dans une boite où un dispositif radioactive doit se déclencher et tuer notre pauvre ami le chat à un instant aléatoire, donc non déterminé à l’avance. Tant qu’aucune personne n’ouvre la boite, le chat est mort et vivant à la fois puisqu’on ne peut pas dire dans quel état il se trouve. On appelle « fixation de l’état » le fait de pouvoir enfin dire s’il est vivant ou mort.

Si l’on revient au moi, il faut donc fixer une situation, un lieu, une ambiance, un état d’esprit pour livrer à un instant T ce que l’on ressent. Exemple : « au moment où j’écris ces lignes, je suis impatiente d’être en week-end ». Mais dans le même temps, je suis pleine d’autres sentiments et émotions qui sont figés en cet instant mais reprendront leur divers degrés dès que j’aurai arrêté de pointer le doigt sur eux.

L’intrication

L’intrication est le phénomène qui permet à deux particules quantiques d’être « liée » entre elles. On remarque alors que même séparée d’une grande distance, si l’une change d’état, sa consœur fait de même au même instant. Si les scientifiques arrivaient à maitriser cela, ils pourraient créer des machines télé porteuses !
J’ai remarqué qu’en fonction des personnes avec lesquelles on intéragit, on ne va pas être le(a) même. Je ne comporte pas de la même manière avec mes amis qu’avec mes collègues ou mon chef. C’est normal.

Le principe d’incertitude

Dans le monde quantique, on ne peut prévoir à la fois la vitesse et l’emplacement dans l’espace d’une particule. Il faut des fonctions d’ondes pour parvenir à connaitre l’une ou l’autre de ces données mais jamais les deux en même temps.
Qui peut prévoir qui nous serons dans 2 ans ? Même demain ? Il est presque impossible de déterminer notre vitesse de changement (infime ou profond) de notre moi ainsi que sa place parmi les autres moi.

Pour ma part, je considère l’esprit humain comme un chaos toujours en mouvement. La quantique me fait aussi penser à ça. C’est donc naturellement que j’ai passé à faire le parallèle entre les deux « disciplines ». Étant donné que ces trois principes sont ceux que je connais le mieux, je vais m’arrêter pour ne pas trop dire d’âneries.

Dans un second temps, je vous recommande vivement la lecture du livre précédemment cité. C’est un excellent ouvrage, simple et bien formulé pour s’initier à la méditation, aux principes bouddhistes et à la paix intérieure. Un livre qui fait du bien !