« Sois le premier, sois le meilleur ou triche. Moi je ne triche pas »

Margin Call de J. C. Chandor

Margin Call de J. C. Chandor

A Wall Street, tout est permis. Enfin jusqu’au jour où le système explose.

Peter Sullivan (Zachary Quinto), un tout jeune traider, découvre bien malgré lui que son entreprise fait des profits sur du vide. Reprenant les travaux d’un collègue tout juste licencié, Eric Dale (Stanley Tucci), il va mettre au jour la plus grosse crise de sa boite. Il alerte son responsable, Sam Rogers (Kévin Spacey) qui lui aussi remonte sa hiérarchie jusqu’au PDG, John Tuld (Jérémy Irons). Une seule solution pour sauver ses profits, ruiner les autres. C’est ce que vont apprendre à leur dépends les juniors.

Un film vraiment bien monté. Pour ceux qui n’y connaissent comprennent rien dans le domaine de la finance, il n’y a pas de barrière. Le « problème » est bien amené. Au début, nous sommes dans la même situation qu’eux (les chefs de Peter Sullivan, joué par Zachary Quinto), on ne comprend pas bien ce qu’il va se passer. Et peu à peu, on arrive à voir les enjeux, les rouages et qui dirige vraiment. Le film montre plus les règles du jeu de telles entreprises, avec la hiérarchie, pourquoi chacun à sa place et pourquoi cette place n’est pas la plus logique (le plus intelligent n’est pas celui qui a les rênes du pouvoir). Les requins ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Petit à petit, suivant le fil de la nuit, le réalisateur (J.C Chandor) nous dévoile la véritable nature de chacun.