Bonjour mes petits Yokai ! Aujourd’hui, direction une adaptation ciné d’un jeu vidéo plutôt culte, Tomb Raider. Le dernier jeu de la licence a fait grand bruit et a rajeunit l’héroïne, Lara Croft. Il n’en fallait pas plus pour qu’Hollywood retente son coup.

Lara Croft, héritière et orpheline, vit de rien. Pourtant lorsqu’elle accepte enfin de signer les papiers signalant la mort de son père, elle découvre tout un jeu d’énigmes qui la transporte sur une île japonaise où dormirai une antique déesse de la mort. Mais elle n’est pas la seule à s’intéresser à cette déesse ou plutôt son pouvoir.

Le film est divertissant mais il souffre des canons clichés et manichéens des block Buster. J’avoue n’avoir jamais réussi à passer la 1e mission du 1e jeu sur PlayStation alors je ne connais rien de l’histoire de la franchise au fond.

Dans le film, on nous parle d’une organisation millénaire et plutôt décrire comme malfaisante « la Trinité ». C’est hyper manichéen. Les méchants sont méchants. Les gentils sont gentils. Même si on tente de nous faire entendre qu’ils font seulement leur boulot. Le personnage de Mathias Vogel (Walton Goggins) est clairement montré fans ces actes comme sociopathe. Voilà. Voir Hostiles et le lendemain passer à ça, c’est un peu rude.

Mais, je reconnais quelques qualités comme la déesse dont le traitement est très très cool et que les mythes se basent toujours sur la réalité. Réalité déformée mais c’est un trait de l’humain de vouloir embellir ou rendre magiques les choses.

Lara Croft est plutôt sympa même si elle est frôle la Mary Sue. Les combats sont sympa car réalistes. Ça crie, ça souffre et ça fait des mouvements plausibles quand on fait du krav-maga par exemple. Les autres personnages n’ont pas trop d’âme. Ils sont très stéréotypés et sans grande saveur. Le side-kick ne sert plus à rien au bout de 20min. Après, pour une fois, les genres sont inversés. Ça fait bizarre de voir un side-kick perdre son utilité très vite face à une héroïne.

Par contre, la musique était pas terrible du tout. Elle en fait des caisses. Elle est poussive. À plusieurs reprises, j’ai eu l’impression qu’on voulait me faire ressentir des émotions un peu trop grandiloquente alors c’était pas obligé d’aller dans ce mode épique. Je sais que tous les films d’aventures veulent être épiques mais calmons-nous.

Bref, divertissant sans apporter d’originalité au support.

Portez-vous bien !