Le monde de Sweetberry

LGBT+ et les Aces – Spécial AAW // www.sweetberry.fr

LGBT+ et les Aces – Spécial AAW

Posté le 26.10.2016 • Dans mon monde

Bonjour mes petits champignons dodus ! Aujourd’hui, un sujet un peu plus polémique : la communauté LGBT+ et les Aces.

Au départ, les commautés des allosexuel-les (comprenez avec une sexualité divergente de la « norme », mais qu’est-ce que la norme me direz-vous) se nommait LGBT. Puis avec le temps et beaucoup de bienveillance, le terme s’est agrandi en LGBTQIAP+. Et c’est vrai que ce terme peut être un peu long à écrire à force. C’est pourquoi certain-es préférent le terme MOGAI, qui est plus inclusif.

Petit lexique
LGBTQIAP+ :Un acronyme parapluie pour lesbienne, gay, bisexuel-le, transgender, queer et en questionnement, intersexe, asexuel-le, pansexuel-le et autres orientations/identités marginales.
MOGAI : Marginalized Orientations, Gender identities, And Intersex soit orientations marginales, identité de genre et intersexe.

Dans un monde parfait, les asexue-les font partis du cercle LGBT+ mais est-ce vraiment le cas ?

Dans cet article, je parle en généralité mais bien sur cela ne reflète pas votre réalité forcement. Mais sachez que cela existe. De plus, je ne vise personne (je n’ai personne à viser), je veux juste en parler pour que cela est (peut-être) un écho.

Il arrive que certain-es du cercle LGBT+ ne considérent pas les Ace comme faisant partie du cercle et/ou ne subit pas d’oppression. Et surtout, on parle de sexualité, or le principe des Aces est de ne pas avoir d’attirance sexuelle/romantique. Que l’on soit hétéro ou homo ou pan, comprendre l’absence de désir sexuel peut être compliqué.

Le problème est que les Aces peuvent être pan, homo ou hétéo-romantique par exemple. Les Aces peuvent se sentir proche du cercle LGBT+ qui se « bat » pour faire valoir ses droits, ses identités et ses vies. Les Aces cherchent aussi à sortir de ce placard. Se voir « refuser » l’entrée des « clubs » LGBT+ peut être blessant voire agressif, peut-être même plus que d’être opprimé par les hétéro-cis-normés.

Le deuxième point pour lequel on peut penser que les Aces n’ont pas besoin d’être dans les cercles LGBT+ est que l’asexualité ne « se voit pas ». Et là est tout le problème. Ne pas voir une minorité, c’est oublié le placard dans lequel elle se trouve.

Nous avons aussi besoin d’allié-es !

D’ailleurs, je suis, enfin j’espère être, une bonne alliée. J’ai envie que les autres, quelqu’iels soient, puissent vivre comme iels l’entendent. Mais parfois j’aimerai aussi que l’on m’aime à me faire entendre et faire entendre tou-te-s celleux qui se sentent sous le parapluie Ace. J’aimerai faire partie d’un groupe sur lequel compter et m’appuyer.

Bref, personne ne m’a écarté mais les actes comptent parfois plus que les paroles. On parle des autres sexualités mais assez peu des Aces. Essayons, si vous le voulez, de parler plus des Aces, de les laisser parler, de leur donner la parole, malgré le faible nombre de personnes que ça compte.

  
Et les autres articles que j’ai écrit sur le sujet :

Portez-vous bien !

Note cet article :

Comment dire...Peu mieux faireSans plusSympaGénial !
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *